Tous devenus obsessionnels

Le 14 mars 2020

On est en train de devenir complètement monomaniaques, cette histoire de virus qui vient de Chine ou des Etats-Unis, on ne sait plus trop, vire en effet à l’obsession. L’essentiel de nos conversations tournent autour de ce sujet. Tout ce qu’on fait est impacté par la pandémie, et surtout ce qu’on ne fait plus en est la conséquence. En pareil cas, on a bien envie de s’isoler dans un coin perdu au milieu des bois, loin de tout et de tout le monde, loin des maladies et des virus, loin des infos, et des technos aussi, pourquoi pas… Mais en fait, je me rends compte que je parle d’un endroit rêvé qui ressemble au Cantal, là. Il y a probablement en ce moment des milliers de personnes qui rêveraient d’avoir un pied-à-terre dans un coin perdu du plateau du Cézallier, ou dans la vallée de Brezons, ou encore dans l’épaisse forêt de la Margeride. Chirac nous l’avait dit, c’était prémonitoire, nos territoires ont deux atouts : « c’est beau et c’est loin » ! Il y a peut-être là une opportunité pour un entrepreneur, ou un agent immobilier malin qui pourrait profiter d’une fenêtre de tir favorable pour écouler tous ses invendus. Pensez à toutes ces petites fermettes qui ne trouvaient pas acquéreur et qu’on s’arracherait aujourd’hui, ces petites maisons croulantes dans des hameaux désertés depuis des lustres dont personne ne voulait jusqu’à présent parce que personne ne se rendait compte de la promesse de sécurité qu’elles offraient… Car aujourd’hui, les hypocondriaques, les inquiets, les solitaires, mais finalement tout le monde a envie de posséder son ermitage, pour s’isoler du monde. Comme dans Bodyguard, quand Franck Farmer (Kevin Costner) emmène Rachel, pour mieux la protéger, dans la maison de son père, perdue au milieu de nulle part, dans une belle forêt enneigée au bord d’un lac.

De toutes façons, il n’y a plus grand chose à faire : les spectacles sont annulés, les compétitions de sport reportées, les musées fermés… Probablement bientôt les cinémas, les bars, les restos, et les commerces non alimentaires, c’est une question de jours. A part se balader dans la campagne, il ne nous restera plus grand chose. Et puis ce sera toujours mieux que de végéter devant Netflix, ou pire devant le classement des médailles du coronavirus. Oui, je me surprends à guetter de nouveaux foyers émergents. Mais pour l’instant, rassurez-vous, même si l’Espagne vient de nous dépasser, nous tenons encore solidement notre 6ème place mondiale. C’est mieux qu’aux derniers J.O. !

En plus il fait beau, profitons-en, mettons les baskets (ou les bottes) et en route !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *