La littérature, la connerie, lancer un magazine

Le 4 avril 2021

J’ai terminé de lire Une Vie à Coucher Dehors, recueil de nouvelles de Sylvain Tesson, publié en 2009, qui rassemble des histoires qui se finissent presque toujours mal pour ses héros : accidents tragiques et inattendus, assassinats. C’est sans surprise très bien écrit, certaines histoires sont mémorables, mais je me suis moins régalé que lorsque Tesson nous raconte ses propres exploits, émaillés de références littéraires, absentes ici. L’auteur de La Panthère des Neiges est sans doute moins exceptionnellement talentueux pour nous emporter dans des histoires sorties de son imagination que pour nous transmettre ses expériences incroyables vécues au bout du monde. C’est un auteur hybride : écrivain-aventurier. L’aventurier seul serait quelconque, l’écrivain isolé serait moins inspiré et moins inspirant.

Hier, un petit tour sur Facebook. Je n’aurais pas dû. Je suis tombé sur la vidéo d’une maman et d’un papa qui jouaient un tour douteux à leur fils de cinq ou six ans. Le fiston avait les yeux bandés, et devait deviner ce qu’il touchait. La maman prend le doigt du gamin et le met à l’intérieur d’un trou percé dans une orange, visiblement remplie de Nutella. Juste après, le père enlève l’orange, et attrape le chat dont il place le cul juste au-dessus du doigt du gamin. Celui-ci enlève alors son bandeau et prend un air horrifié : on voit qu’il apprécie peu la plaisanterie. La vidéo postée sur Facebook est un succès, elle est titrée « Quand tu prank ton fils, j’en peux plus »…
La connerie, la vulgarité, la recherche de notoriété à tout prix sont sans limite, Facebook le prouve tous les jours. Mais lorsqu’elles atteignent les enfants, on franchit un nouveau cap dans l’avilissement. Ca m’a en tous cas redonné le goût de lire ce roman de Delphine de Vigan, sorti récemment, qui raconte une mère peu scrupuleuse mettant en scène sa fille sur Youtube et prête à tout pour l’audience… Je pensais avoir à peu près tout vu sur les forums de jeuxvideo.com, mais apparemment je peux encore être surpris.

L’envie de recréer un media ? C’est en tous cas une idée qui me vient de plus en plus souvent le matin en me rasant. Quand on a veillé sur un site éditorial pendant quinze ans, on a tendance à s’imaginer replongeant dans le même univers. Pas dans le secteur du jeu vidéo, je ne me sens plus en phase. J’y suis même devenu un peu allergique au fur et à mesure que je prenais conscience de l’addiction qu’il génère auprès de la jeune génération, à un âge où l’on a besoin de temps pour apprendre, échanger avec les autres, se construire.
Alors peut-être sur une autre thématique. L’idée d’un media participatif et local par exemple. C’était cette motivation qui m’avait fait investir dans le magazine Modergnat il y a déjà une douzaine d’années. A Aix, il y a un bassin de lecteurs potentiels très important qui autorise des projets plus audacieux que ceux qu’on peut monter dans le Cantal…

Ou alors un magazine thématique, pourquoi pas consacré au Do It Yourself, ou plus spécifiquement à tout ce qui se passe dans les fablabs. On pourrait y apprendre à modéliser et imprimer en 3D, à découper au laser, on y parlerait de réalité virtuelle et augmentée, testerait les derniers matériels et logiciels. On y traiterait enfin de l’actualité des fablabs, en essayant de fédérer toute cette communauté hyper-créative avec beaucoup d’ambitions sur des sujets essentiels comme l’environnement, l’économie solidaire, l’innovation technologique ou sociale, la création d’entreprises…
Mais cette fois, un magazine papier ne serait pas pour me déplaire. A condition que ce soit une aventure collective, dont je ne serais d’ailleurs pas obligatoirement le taulier. Je crois que j’ai un peu la nostalgie de certains magazines qui ont bercé mon enfance, comme Amstrad 100% par exemple. Car finalement, jeuxvideo.com était une sorte d’Amstrad 100% online. A l’instar des écrivains qui inconsciemment écrivent toujours le même livre, est-il probable que les entrepreneurs s’investissent toujours dans le même projet ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Phil

    le 11 avril 2021

    me@philippelardy.com

  2. Phil

    le 11 avril 2021

    Banco