Il faut un incubateur à Aurillac

Le 14 décembre 2016

Retour de Clermont où j’étais cet après-midi à Epicentre pour participer à une rencontre des acteurs du financement d’entreprises avec les entrepreneurs de l’incubateur social Coco Shaker. Une grande partie de l’écosystème était présent : banque, BPI, AuvergneBA, réseau entreprendre, CCI, ADIE, Auvergne Active, ARDTA…

Je retiens que les acteurs du financement reconnaissent unanimement que les dossiers des entreprises incubées sont de bien meilleure qualité que les dossiers non accompagnés, et ont beaucoup plus de chance de voir aboutir leurs demandes de financement. Ces acteurs conseillent très souvent aux entrepreneurs pas suffisamment préparés de se faire accompagner, ce qui leur est très bénéfique.

Mais surtout, il faut savoir que les entreprises incubées ont des taux de réussite plusieurs fois supérieurs aux entreprises qui ne passent pas par un dispositif d’accompagnement !
Il est donc urgent que le Cantal et Aurillac se dotent enfin d’un incubateur d’entreprises, c’est à dire d’un lieu physique où on héberge des entrepreneurs et où on les accompagne, pour leur donner un maximum de chances de réussir.

Il est également urgent de faciliter l’implantation de réseaux d’accompagnement comme le Réseau Entreprendre qui est présent dans les 3 autres départements auvergnats mais pas chez nous. Ou bien l’ADIE qui vient ponctuellement dans le Cantal mais n’a pas de présence sur le territoire alors qu’elle est à Rodez.